• DENADDA

LÂCHER PRISE : On ne contrôle rien, pourquoi on le vit bien ?

Dernière mise à jour : 18 août 2021




NO CONTROL

Nous voilà donc 5 jours immobilisés dans un parking, avec l'impossibilité de recharger les batteries (à cause des branches qui couvrent les panneaux solaires), dans une chaleur caniculaire, privés de douche froide (car nous devons économiser le peu de réserve d'eau qu'il nous reste). Évidemment ce n'est pas une situation que l'on a choisit.

Avec cette vie nomade du jour au lendemain, tout peut arriver : s'enliser pendant deux jours, se retrouver perchés dans le brouillard, être attaqués par la grêle en pleine nuit, tomber en panne à tout moment, ne jamais pouvoir atteindre la destination souhaitée...


Ce n'est pas le genre de mésaventures qui survenaient en appartement. Notre foyer sédentaire était une base stable et solide. À part quelques fuites d'eau ou un chauffe-eau à réparer, rien n'entravait aussi souvent notre quotidien. Vivre en van à quelque chose de plus inattendu, d'incertain. Avec Denadda Om, ces évènements rocambolesques qui parfois nous "font perdre" deux jours à une semaine, nous éduquent presqu'une certaine manière.

Ce véhicule cultive notre patience et notre humilité.

C'est également le cas avec cette vidéo.

Je l'ai finit samedi matin après une semaine assez rythmée. Sam a étalonné le tout et mixé le son, non stop entre samedi soir et dimanche midi. Puis il a fallut attendre plus d'une heure pour l'exporter et encore 2h pour l'uploader sur youtube...

Au bout de deux échecs, on y parvient à 17h. Déjà bien déçus de ne pas avoir réussi à tenir notre rendez-vous du dimanche matin alors que tout est prêt pour vous être partagé.

Nous n'avons plus qu'un pourcent de batterie. Malgré toute la route parcourue vendredi, l'alternateur (l'énergie du moteur) n'a rien rechargé, il s'était débranché ! Les panneaux solaires suffisent pour la journée, mais comme nous travaillons aussi la nuit, nous avons épuisé leurs ressources.

Dans ce cas on peut ressentir de la tristesse, car on a pris les choses beaucoup trop à coeur. D'un coup, tout se dégonfle, un peu comme un ballon.

Il n'y a plus rien à faire, alors nous décidons d'aller nous balader, sans téléphone, se retrouver main dans la main, plonger dans la nature, caresser les chevaux, sillonner un chemin inconnu, revenir dans l'instant sans intention.

À notre retour, nous roulons 35 minutes pour rejoindre une aire municipale. Arrivés près de l'Andorre, assez fatigués physiquement et émotionnellement... Impossible de payer l'électricité, nos cartes ne passent pas, la borne semble hors service, le jour se met à tomber... L'aire de camping la plus proche est encore très loin...

Nous abandonnons l'idée de poster cette vidéo.

Quand soudain, Sam s'aperçoit que le débit internet est très élevé. Nous pouvons mettre en ligne la vidéo en moins de 20 minutes (au lieu de 2h), l'ordinateur devrait tenir.

Super ! Par contre nous sommes trop éreintés pour réfléchir à la vignette de cette vidéo, Sam suggère en rigolant "Cette vidéo m'a épuisée"...


Ce sont des choses que l'on ne maîtrise pas et il faut bien relâcher toute attente, et admettre que parfois ça ne se passe pas comme prévu...

Même si c'est décevant, seul revenir au présent a le pouvoir de nous apaiser...

Car nos désirs ne sont que le fruit du futur tel qu'on l'aurait aimé.


ACCUEILLIR LES CONDITIONS EXTÉRIEURES

La première fois que l'on s'enlise ou que le moteur ne démarre pas, on est pour le moins déconcerté. La deuxième fois, cela ne nous ennuie presque plus, on sait que par un moyen ou un autre, on sortira de cette situation. Le tout est de ne pas être pressé. Moi qui suis sur certain point, peu patiente, je le deviens tout naturellement !


Rester immobilisés par ce temps n'a rien de plaisant, mais c'est avant tout un constat. Une nouvelle situation se présente à nous, chamboule tout, alors que faire ? L'accueillir telle qu'elle est avec résilience. Résister, s'exaspérer, s'énerver use simplement notre énergie & notre état d'esprit.


À partir de là, nous ne luttons plus contre ce qui se joue. Même si l'on ne le comprend pas aujourd'hui, les choses ont une bonne raison de se passer ainsi. Et le plus souvent, cela nous invite toujours à nous détacher du monde pour revenir à l'intérieur de nous. Dans cet espace calme que rien ne trouble véritablement. Dans l’immédiat on ne peut rien y faire, simplement tout réactualiser pour inclure ce nouveau contexte dans notre aventure.


LÂCHER PRISE

denadda-comment-lâcher-prise-pen-duick-oilier-tabarly

Illustration (A3) en Édition Limitée de